Les Ouest-Africains deviennent des acheteurs – plutôt que des producteurs – de denrées alimentaires et consacrent une part croissante de leur budget alimentaire aux marchés.
Photo: FAO/Carl de Souza

09.05.2017

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Suivante > Dernière >>

Dans les pays d’Afrique de l’Ouest, les prix des denrées alimentaires sont nettement plus élevés que dans d’autres parties du monde dont les niveaux de développement sont comparables. Cette situation a de graves conséquences sur le bien-être des ménages et la sécurité alimentaire. Raison de plus pour libérer le potentiel commercial de la région.

La crise mondiale des prix alimentaires de 2007-2008 a été à l’origine d’agitations politiques et de troubles sociaux dans de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest. Les ménages urbains pauvres, notamment, n’avaient pas les moyens d’acheter de la nourriture et ont manifesté bruyamment dans des villes telles que Dakar et Abidjan. Le prix est un facteur déterminant de l’accès d’un ménage à l’alimentation. Face à l’urbanisation rapide de la région, de plus en plus de consommateurs deviennent dépendants des marchés alimentaires.

Or, indépendamment du contexte mondial, les changements structurels de la demande poussent les prix des aliments à la hausse. Au cours des 60 années passées, la demande alimentaire a été multipliée par cinq et les habitudes alimentaires se sont considérablement transformées. Les consommateurs cherchent de plus en plus des produits alimentaires faciles à acheter, à préparer et à consommer ; aujourd’hui, 39 pour cent des produits alimentaires consommés en Afrique de l’Ouest sont transformés.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Suivante > Dernière >>